Sandouville

BRADOUCHKA ET SANDOUVILLE

En décembre 2009, Bradouchka écrit "Sandouville" pour les ouvriers de chez Renault

(Sandouville évidemment). Sa démarche :  mettre en avant le mécontentement des ouvriers et présenter leur projet industriel

(http:/projet-industriel-cgt.skyrock.com/ )sous forme de chanson.

Il la met alors en ligne sur ce site et propose son téléchargement gratuit et légal ( Bradouchka - Sandouville.mp3. ).

Puis arrive la réalisation du clip!




Bradouchka s'explique sur   :

merci...

 et sur :


 merci...

                                                                                                                                                          

BRADOUCHKA VOUS REMERCIE :

Chers internautes,

Vous êtes passés par ici, peut-être comme ça, par hasard. On vous a peut-être conseillé ce site... Quoi qu'il en soit, je tiens à vous remercier car le succès de la chanson "Sandouville" c'est grace à vous ! En effet que la chanson fasse du "buzz" (mot barbare venu d'une langue étrange parlée par les journalistes) c'est chouette ! Mais ce qui m'a fait le plus plaisir c'est de recevoir tant de courrier via ce site, mon Mail ou Facebook. Je pensais que la solidarité était fanée et désuette mais vos messages de soutien m'ont prouvé le contraire !

Non, ce n'est pas courageux d'écrire une chanson dénonçant la connerie! Ce qui est courageux c'est de se battre tous les jours pour sauver des emplois ou  son usine. Je pense à vous Nico, Nadine, Arnaud , "Saucisson" et tous les autres, tous ceux qui comme vous ne se sont pas démontés après les vagues successives de licenciements, de suicides au travail, ou de délocalisations dans ce TSUNAMI mondial que certains appelleront "la crise", d'autres, le "capitalisme"... Peu importe, je voulais juste saluer le courage de l'ouvrier qui continue la lutte et ce, quelque soit le syndicat qui le représente ou qu'il représente (comme dirait mon pote Guermonprez, "pas de polémique, que du constructif !" ).

Je ne suis pas un représentant politique, ou syndicaliste, je n'en ai pas les talents nécéssaires, alors désolé pour ce discours un peu bancal ou cul-cul la praloche ...

On se retrouve bientôt, au détour d'une chanson ...

Bradouchka

                                                                                                                                                                                         

Merci (entre autres) au "HAVRE LIBRE" et au "PARIS NORMANDIE"


 




 LES PAROLES :

"Sandouville" (Paroles et Musique : Bradouchka)

  On se souvient des décennies
placées sous le signe du losange,
on nous mettait tous au défi,
de faire rouler la France,
Hier encore à Sandouville,
t'y crois pas on était 12000,
On a fondu comme au pôle nord,
6000 d'entre nous sont dehors...

On a vécu l'humiliation
Malgré la détermination
des salariés la sueur au front
face aux affronts d'la direction
Qui fait de nos vies une déprime,
qui déshumanise notre usine,
qui nous fait taire à coups de primes,
nous fait bosser à bas régime ...

qui veut la peau de Sandouville
devra nous passer sur le corps,
qui sonne le glas de notre usine
n'a pas encore réglé notre sort,
Nous le voulons, vous le voulez,
élus, dirigeants, écoutez !
Prenons en mains notre destin,
Fini l'angoisse des lendemains...

ça licencie à Sandouville
ça dégraisse sec ça part en vrille,
nous ne tomberons plus comme des quilles,
sans parachute ni escadrille,
N'acceptons plus de faire les frais,

des frustrations patronales,
d'ceux qui s'soulagent de leurs méfaits,
après un échec commercial
 
Sans polémique ni politique,
Avec une arme intelligente,
Optons pour un discours ludique,
Un projet contre toute attente,
Nos idées en derniers recours,
Face au silence nous restons dignes,
et si les dirigeants sont sourds,
on apprendra la langue des signes ...

qui veut la peau de Sandouville
devra nous passer sur le corps,
qui sonne le glas de notre usine
n'a pas encore réglé notre sort,
Nous le voulons, vous le voulez,
élus, dirigeants, écoutez !
Prenons en mains notre destin,
Fini l'angoisse des lendemains...

Y'a pas de polytechnicien
dans les allées d'nos ateliers,
ça n'empêche pas nos salariés,
d'avoir des envies d'évoluer !
Une formation,ou quelques stages,
Pour faire que le temps soit rentable,
que le temps perdu du chomage
soit bénéfique et profitable

Y'a qu'les ministres les députés,
qui jouissent de nos voitures haut de gamme,
mais quand notre colère a éclaté,
pas un n'a su sonner l'alarme
Fini la folie des grandeurs,
de nos jolies automobiles,
a 20 40 ou 50 000,
Combien de smics pour un bolide ?
 

aujoud'hui la terre est à l'heure du GPL,
Que va t'on faire de nos moteurs à manivelles ?
Où vont tous ces profits qui passent sur nos têtes,
Quand l'ouvrier remercié n'a qu'des clopinettes?
Un mariage franco-japonnais est annoncé,
Est ce qu'on sera tous sur la liste des invités ?
Même si ces questions n'ont pas encore de réponses,
Notre projet est là pour ça et si personne ne renonce ....


qui veut la peau de Sandouville
devra nous passer sur le corps,
qui sonne le glas de notre usine
n'a pas encore réglé notre sort,
Nous le voulons, vous le voulez,
élus, dirigeants, écoutez !
Prenons en mains notre destin,
Fini l'angoisse des lendemains...


qui veut la peau de Sandouville
devra nous passer sur le corps,
qui sonne le glas de notre usine
n'a pas encore réglé notre sort,
Nous le pourrons, vous le pourrez,
élus, dirigeants, écoutez !
Renault est un renard malin
qui retrouvera son chemin !